Articles scientifiques en open source

L’accès gratuit à des articles scientifiques

Depuis toujours les documents de recherche scientifiques ont été préservé d’une manière à ce que le grand public n’y ait pas accès, ou du moins gratuitement. Les académies et les centres de recherche se donnent le droit de privatiser leurs publications. Il fallait et faut toujours compter environ 30$ par article pour pouvoir lire les dernières actualités de la recherche. Mais cette époque est révolue, une récente méthode permettrait de contourner ces frais de lecture.

De l’Open Source quasiment à portée de main

Concernant cette nouvelle façon de procéder, nous parlerons d’Open Source sans réellement l’être. Pourquoi ce terme ? Tout simplement car l’Open Source, de base, désigne un logiciel ou un applicatif qui est mis à la disposition du grand public sans que ce dernier n’ait quoique ce soit à faire. Dans le cas présent, l’utilisateur qui souhaite avoir accès à des manuscrits scientifiques en provenance des centres de recherche doit tout de même y mettre un peu de volonté.

La méthode en question est celle du hashtag #icanhazpdf. Ce dernier va permettre à quiconque l’utilisant d’avoir accès à des articles de science qui sont normalement payants.

Le principe de fonctionnement est simple, il vous suffit de tweeter avec l’aide du hashtag #icanhazpdf suivi de votre adresse mail et de patienter. Le processus commence dès lors qu’un scientifique décide de poster un lien de l’article sur son tweeter. Suite à cela, une personne le récupère et aura accès à son tour au fichier. Grâce à cela, il pourra envoyer une copie au format pdf par mail à quiconque qui placera le hashtag #icanhazpdf. Ainsi de suite jusqu’à ce que tous les tweets disparaissent petit à petit. Afin d’éviter de créer des confusions au sein de tous les demandeurs et les envoyeurs, le meilleur réflexe à adopter est de retirer son tweet une fois que l’article est arrivé dans votre boîte mail.

Les causes de tout ce remuement

Les intéressés ont eu recours à cette technique car ils considéraient comme injustes le fait qu’il n’y ait que certaine personne de la société qui puisse avoir accès à de nombreux articles scientifiques (les auteurs de ces textes et d’autres contribuables). Dans une situation générale, si une source n’est pas disponible pour une quelconque raison, nous pouvons toujours nous débrouiller pour en chercher une autre. Cependant, ce n’est pas possible dans ce cas car les seules sources disponibles ne proviennent que de là-bas.

De nos jours, il n’existe que quelques éditeurs basés sur de l’Open Source, les plus connus étant PLOS et BioMedCentral. Et pourtant, même avec un nombre aussi restreint, le nombre d’articles libre d’accès ne cesse de croître !

En attendant que cela se concrétise sur tous les journaux de science, nous nous contenterons de cette technique pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *