smartphones

Le retournement de l’industrie des smartphones contre ses clients

Ces derniers temps, l’industrie des smartphones comprenant les opérateurs et les fabricants se permet quelques tours de passe-passe assez malsains envers ses clients.
L’entrée de Free, l’arrivée de la 4G, l’installation automatique du Kill Switch sur certains terminaux, la mise à jour d’Androïd etc. sont autant d’exemples de l’intensité concurrentielle et de la course aux profits qui s’est entamée dans le secteur.

l'industrie des smartphones piègent les consommateurs pour plus de profitsQuand les fabricants optimisent leurs ventes de smartphones

Récemment, plusieurs polémiques ont monopolisé les gros titres et une bonne partie du net. Les opérateurs de télécommunication ont pris les devants il y a quelques semaines en bridant le réseau 3G pour valoriser la 4G. C’est une étude de l’UFC Que Choisir, parue il y a quelques temps qui a déclenchée l’incendie qui menaçait le secteur des télécoms. Les travaux de cette association de consommateurs indiquent en effet que la grande majorité des acteurs du secteur ont bridé le débit de leurs antennes 3G pour accélérer la transition vers la 4G.

Cette étude a toutefois ses limites car elle concerne seulement 2 régions et a été conduite via deux modèles de terminaux mobiles seulement. Notons par ailleurs que des tests en laboratoires sur la 5G ont déjà débuté. A l’heure actuelle, c’est Bouygues Télécom qui détient la meilleure couverture pour la 4G avec près des trois quarts du territoire français. Free ne détient qu’une douzaine d’antennes mais vient d’obtenir l’aval de l’ARCEP pour lancer la construction de plus de mille antennes supplémentaires. Entre le débit et la couverture, on peut dire que la course au réseau est lancée.

Des smartphones moins sûrs pour renflouer les caisses

De l’autre côté de l’Atlantique cette fois, on apprenait via la presse que plusieurs opérateurs américains parmi lesquels on compte Verizon Wireless, At&T, Sprint, T-Mobile, Boost pour ne citer qu’eux, se sont mis d’accord pour ne pas inclure les options de Kill Switch sur les smartphones Samsung. Le Kill Switch permet de désactiver un téléphone ainsi que toutes ses données à distance lorsque son propriétaire déclare le vol ou la perte. C’est le procureur de San Francisco qui a mis le feu aux poudres et porté l’affaire au grand jour. Celui-ci déclare que les opérateurs télécoms se sont mis d’accord pour ne pas inclure cette option afin de stabiliser les ventes d’assurances perte ou vol et de ne pas entamer le taux de remplacement des appareils volés.

En effet, les assurances et les remplacements de terminaux volés rapportent aujourd’hui des dizaines de millions de dollars aux acteurs du secteur. L’installation des Kill Switch perturberait profondément l’activité des opérateurs de téléphonie. Pour se défendre, la CTIA, association professionnelle des groupes de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, avance deux arguments principaux. L’association affirme dans un premier temps que l’activation des Kill Switch entraîne la suppression définitive des données ce qui peut être contraignant si l’on retrouve le téléphone. La CTIA ajoute, en outre, que ces options pourraient être un réel problème si jamais des hackers parviennent à l’utiliser aux dépends des utilisateurs.

Malgré ces problèmes potentiels, la Corée du Sud a, de son côté, déjà mis l’option en place sur les terminaux mobiles Samsung et LG. Les deux fabricants sont effectivement contraints d’installer cette option sur l’ensemble des modèles conçus jusqu’en juin 2015.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *