L’IA, un boost pour le secteur bancaire

La place de l’IA dans le secteur bancaire

2017 marque l’arrivée de l’IA dans le secteur bancaire français. Véritable révolution du système, la robotisation apporte une valeur ajoutée certaine dans le secteur bancaire, mais elle n’est pas sans impact sur les métiers de la banque.

Touchant de prime abord les banques en ligne, comme Orange Bank, elle tend à s’implanter sur la totalité des banques, sur le net et en agence. Conçu comme un facilitateur de la relation client, l’IA intervient à différents stades, notamment dans la réglementation, dans la détection des fraudes, dans l’analyse de risques et dans la prévision économique et financière.

Après une année de mise en route, Djingo, le chatbot ou robot conversationnel, IA conçu par Orange Bank est aujourd’hui capable de répondre à un peu moins de 90% des demandes formulées par le client. Disponible h24, Djingo répond aux questions et aux attentes des clients et il est même capable de réagir à des situations concrètes en bloquant une carte bancaire par exemple.

IBM aussi a mis en œuvre l’IA avec son programme informatique Watson, déployé par le Crédit Mutuel, sous forme d’assistants virtuels notamment pour le triage des e-mails envoyés par les clients et le traitement des requêtes relatives aux produits proposés.

De l’avis des acteurs dans le milieu de la banque : libérés des tâches répétitives grâce à l’avènement de l’IA, les chargés de clientèles peuvent se consacrer à des tâches plus complexes et s’orienter plus vers une meilleure satisfaction des clients. En véritable « intelligent », l’IA ne nécessite pas une programmation exhaustive de toutes les possibilités. Elle est programmé pour apprendre à agir quasiment comme un humain.

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’intelligence artificielle peut aider les banques à déterminer en quasi temps réel, les attentes des clients et à donner à leurs conseillers clientèles les moyens de réagir d’une manière plus efficace et plus rapide. Ce qui va améliorer significativement la relation avec les clients. L’enjeu est à ce moment, la vitesse à laquelle les banques intégreront ces nouvelles technologies, dans la mesure où la plupart des établissements actuelles ne sont pas encore compatibles avec les infrastructures IT existantes.

Impact de l’IA sur les métiers de la banque

L’IA et son impact sur les métiers de la banque est sujet à un controverse.
Il est clair qu’avec l’arrivée de l’IA, une menace pèse sur les salariés de la banque, même si actuellement ils ne semblent pas trop pâtir. Si actuellement, l’IA se limite au traitement d’une grande masse de données, elle tend vers une plus grande performance qui pourrait être assimilée aux capacités des humains.

Les robots ne vont pas supplanter les travailleurs, mais les pertes d’emploi sont inévitables. L’IA est encore au stade de l’assistance de l’intelligence humaine. La transformation des métiers est néanmoins incontournable : le secteur aura alors besoin de plus de main d’œuvres spécialisée et qualifiée.

Et la réticence vis-à-vis de l’IA ne vient pas seulement des employés bancaires, mais aussi des clients qui craignent une mauvaise exploitation de leurs données personnelles, nécessaires pour les activités de contrôle et d’analyse réalisées par l’IA.

En attendant la révolution promise par l’implantation de l’IA, encore à un stade embryonnaire, la seule forme de digitalisation accessible reste encore aujourd’hui les banques en ligne. Elles présentent un intérêt certain, non seulement au niveau des frais bancaires mais également en termes d’accessibilité, de proximité et de rapidité. Détective Banque, est aujourd’hui l’un des sites de référence qui propose un comparatif des plus grandes banques en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *